AQM Normandie
Email : aqm.normandie@gmail.com
Flux RSS

Pour une économie circulaire

Pour la deuxième fois, le 3 décembre 2019,  la Région Normandie organisait ses assises de l’économie circulaire, occasion de mieux apprécier le potentiel de cette démarche et de ses déclinaisons vertueuses  sur notre territoire.
C’était de plus l’opportunité de valoriser le nouveau tiers lieu  situé à Colombelles, La Halle.
Au-delà des séances plénières d’information et de débats, c’était enfin l’occasion d’échanges entre acteurs socio-économiques normands  au travers de nombreux stands valorisant de près ou de loin cette «  nouvelle économie » en devenir.

De quoi parle-t-on ?

L’économie circulaire (EC) désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets.
Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique « circulaire ».
Selon l’ADEME, l’économie circulaire peut se définir comme un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus.

« Oui, ça marche »

Raphael Masvigner, co-fondateur de Circul-R, startup visant à rapprocher les acteurs de l’économie circulaire, était invité à la plénière d’ouverture.
Il a rappelé l’urgence d’agir de manière concrète pour l’économie circulaire en s’appuyant sur son tour du monde de 17 mois où il a pu observer les bonnes pratiques en la matière dans 22 pays différents.
« Elles existent mais il faut faire vite pour les mettre en place » a-t-il  dit en mentionnant plus de 150 initiatives.
Dans un discours optimiste et réaliste, il a donné de nombreux exemples  en se félicitant de voir de nombreux grands groupes  s’intéresser de près à cette économie.
«Le seul recyclage n’est pas  suffisamment vertueux pour sortir de l’économie linéaire » a-t-il ajouté avant de donner quelques exemples percutants tous azimuts:
Et d’évoquer le Park 20-20, un parc d’entreprises près d'Amsterdam fondé sur l’échange de valeurs communes, l’environnement et le développement durable, la salubrité et l’économie circulaire.
Ou encore, la société Newligth technologies  qui a développé une méthode de piégeage du CO2 en créant un polymère nommé AirCarbon.
Encore plus spectaculaire, un substitut au polystyrène pour les emballages  à l’aide de la croissance d ‘un champignon (mycélium) qualifié de «Mushroom packaging »
Mais aussi, la fabrication d’agri protéine à partir de larve de mouches alimentées par le compost
«  la poudre de larve peut nourrir les animaux  et leur suc apporter une source d’Omega 3 » précise-t-il.
L’économie de la fonctionnalité est l’un des 7 piliers de l’EC.
Raphael Masvigier aura cité deux exemples emblématiques :
  • La location de Jeans par la société MUD JEANS 
  • La fourniture de lumière par PHILIPS (et non de matériel) à l’aéroport de Schiphol (Amsterdam)

Le conférencier a rappelé dans sa conclusion l’importance des échanges locaux  et  les moteurs principaux  de l’économie circulaire «…..l’avantage économique et …..la loi… »

Bonnes pratiques régionales

Une table ronde a regroupé 4 entreprises.
En termes d’architecture et d’aménagement, l’Atelier Infini propose des mobiliers à partir de matériaux réemployés
« Les architectes sont souvent frileux en la matière » souligne la dirigeante

Le restaurant « La Grignoterie» cherche à se rapprocher de l’économie de la fonctionnalité  tout comme  la société CARUUS  propose des baskets éco-conçues  entièrement recyclables.
Enfin, SOPARCO, s’est lancée dans la fabrication de pots pour l’horticulture à partir de plastiques recyclés. « Nous avons débuté en 1985 avec des carcasses de batteries » se rappelle t’il en regrettant que le tri des plastiques ne soit pas aussi élaboré qu’en Allemagne «…..  je dois importer du plastique d’Allemagne…… »


Cette séquence a été aussi l’occasion de récompenser 14 entreprises  pionnières  de l’économie circulaire.







Un président engagé

Le président Hervé Morin a tenu des propos très volontaristes  quant à la place de la Normandie dans cette nouvelle économie.
« La logique veut que l’économie circulaire soit confiée aux Régions » a-t-il déclaré en rappelant la politique  normande en termes de développement durable
« Nous financerons les entreprises dont les projets  intègrent le développement durable » a-t-il précisé en évoquant la plateforme de financement participatif   Kiwai
Il a surtout insisté sur la création proche d’un GIEC normand «  … qui pourra analyser plus finement les conséquences du réchauffement climatique  sur notre région…. »
Il a aussi insisté sur la synergie exemplaire sur tous ces thèmes entre l’Etat et la Région

Il a conclu en insistant pour que l’économie dite « classique »   rejoigne  rapidement  celle circulaire.

L’économie circulaire au cœur de la RSE

Au-delà du stand que tenait l’association lors de

ces assises, l’AQM ne peut que s’associer à cette nouvelle économie.
Cette dernière s’intègre logiquement dans la démarche RSE, en particulier au travers de l’outil original Rexcelys  proposé par l’AQM  (voir autre article sur ce site).
Ainsi, l’AQM se met à disposition des acteurs normands souhaitant perfectionner leur gouvernance en termes de RSE.
07/12/2019
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN