AQM Normandie
Email : aqm.normandie@gmail.com
Flux RSS

Manger mieux, moins……et tout

En  avril dernier, s’est tenu l’atelier «  lutte contre le gaspillage alimentaire » organisé   par  Caen Normandie Métropole.
Occasion de se pencher sur  un phénomène culturel amplifié dans une société placée sous le signe de l’abondance.

Rappel

Dans le contexte des États généraux de l'alimentation lancés le 20 juillet 2017, le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation a lancé un nouvel appel à projets dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA) en partenariat avec l'ADEME.
Cet appel à projets  vise à  soutenir des initiatives autour des multiples enjeux de l'alimentation, ainsi que le développement des projets alimentaires territoriaux (PAT).
C’est à ce titre que Caen Normandie métropole a lancé un vaste chantier de préparation de son  PAT  qui devrait se finaliser en fin d’année.

De quoi parle-t-on ? :

Selon les règles nationales édictées en 2013, ce gaspillage concerne « toute nourriture destinée à

la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ».
Ainsi, ce gaspillage ne se limite pas, comme on le pense en général, à la consommation finale, mais à tout le processus de transformation en amont, du ramassage à la distribution.
Laisser des céréales sur le champ après le passage de la moissonneuse, détourner des invendus des supermarchés vers l’alimentation animale, méthaniser des fruits et légumes mal calibrés pour en faire de l'énergie… sont autant de gaspillages alimentaires à prendre en considération.



Quelques chiffres

Dans le monde, selon la FAO,  un tiers des aliments destinés à la consommation humaine est perdu tout au long de cette chaîne, dont   45% concerne les fruits et les légumes.
Ce gaspillage représente la 3ème source de CO2 après la chine et les USA.
Dans notre hexagone, chaque français  « gaspille » pour sa part  20 kg dont le coût global est estimé à plus de 200 €.
Si l’on s’intéresse à toute la filière, ce chiffre monte à 90 kg  dont un tiers  est « laissé sur le champ ».



Une volonté politique

En 2013, la France a lancé son Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire qui visait  à réduire de moitié les pertes à l'horizon 2025.
En 2015, le rapport du député  mayennais  Guillaume Garot a formulé des recommandations très concrètes et réalistes  en matière de lutte contre ce gaspillage.
En 2016, la loi obligeant la grande distribution à distribuer les invendus alimentaires qu'elle jetait auparavant a été adoptée.
Parallèlement, le ministère de l'Agriculture a relancé une campagne de sensibilisation afin que tous les acteurs de la chaîne restent impliqués.
Plus récemment, un projet de loi pour « l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », a été déposé au Parlement  et devrait être voté en 2018.

Quelques  initiatives …emblématiques

En s’inspirant des pratiques moyenâgeuses, le glanage – encore inscrit dans le code rural- reprend ses lettres de noblesse. A titre d’exemple, l’opération «Patathon» lancée par la société Mac Cain est emblématique. http://club.mccain.fr/patathon .
Lesieur a créé un conditionnement opaque de son huile de Colza  à partir de produits recyclés afin d’éviter la dégradation du produit sous l’effet de la lumière.
La commune de Chambéry donne les plats cuisinés non servis au plus démunis.
La création de conserveries solidaires qui permet de gérer les surplus surtout en période estivale.
De manière générale, un rapport récent fait état de la mobilisation de la grande distribution, en particulier pour les invendus, tout en reconnaissant que cette lutte nécessitera du temps, de l’information et de la formation.

Et en Normandie ? De la fourche à la fourchette… !!

Dans notre région, depuis 2014,  l’association « CREPAN » (1) anime un « réseau contre le gaspillage alimentaire » REGAL.
Parmi ses réalisations les plus abouties, on notera
  • Le glanage solidaire (pommes, betteraves…) confié à des associations et des bénévoles.
  • Le succès du défi «assiette vide» lancé à l’école de Blainville sur Orne
  • Les outils pédagogiques créés par l’association GRAINE quant de sensibilisation des consommateurs, petits ou grands
  • L’unité de méthanisation de Croisilles qui utilise les déchets  du marché de gros de Caen.

Quelques pistes :

Dans l’état actuel des différents ateliers, il en ressort l’importance de l’éducation où cette notion de gaspillage doit trouver sa place dès l’école primaire.
En proposant de repenser nos modes de production et de consommation, le développement de l'économie circulaire doit contribuer à optimiser l'utilisation des ressources naturelles et ainsi limiter les déchets générés.
Tout cela nécessitera une interaction vertueuse entre tous les acteurs, professionnels ou non, de la chaine de transformation.




   (2)   http://beta.crepan.org/eco-consommation-et-dechets/
   (1) http://beta.crepan.org/defi-assiette-vide/
   (2)  http://www.graine-normandie.net/index.php/activites/actions-contre-le-gaspillage-alimentaire/1147-actions-contre-le-gaspillage-alimentaire.html
20/05/2018
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN