AQM Normandie
Email : aqm.normandie@gmail.com
Flux RSS

Cambes sur mer ?


Changement climatique, hausse du niveau de la mer, érosion de nos côtes, autant d’éléments abondamment évoqués dans nos médias  jusqu’à créer une certaine psychose  chez nos concitoyens  vivant à proximité de nos  côtes.
L’association Foresee proposait un débat  sur ces problématiques concentrées sur le secteur côtier sableux  manchois et calvadosien.



Trait de côte : de quoi parle-t-on ?

Le trait de côte est une ligne qui marque la limite la plus extrême jusqu'à laquelle peuvent parvenir les eaux marines.
Celui-ci varie d’un segment littoral à l’autre, dans le temps et dans l’espace.
Il est soumis à des phénomènes de recul (érosion) et dans certains cas à une progression (accrétion)  amplifiés par la sévérité des évènements climatiques (tempêtes, hauteur des vagues…).
Cette mobilité pose en particulier problème  lorsque des enjeux- humains ou non- sont situés dans les zones en érosion.
La France s’est dotée en 2012 d’une stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte afin  de favoriser la mise en place de stratégies locales pour adapter les territoires aux évolutions de ce littoral.

De grandes disparités

Franck Levoy, au sein du Centre de recherches en environnement côtier de Luc-sur-Mer  (CREC) scrute l’évolution du littoral normand depuis plus de 30 ans.
« A l’instar de l’exemple hollandais, c’est grâce à l’implantation  régulière de poteaux que sera d’abord suivi ce trait de côte » précise t’il
L’arrivée du LIDAR aéroporté, télédétection par laser, va révolutionner  ce petit monde, l’utilisation récente des drones  en démocratisant l’utilisation.
«On constate une très grande variabilité des évolutions sur nos côte sableuses normandes, jusqu’à 100 m d’érosion sur celles manchoise » ajoute-t-il.
La situation est moins critique sur les côtes  du calvados « …. L’érosion n’en concerne qu’un quart ….. » Ce qui est d’ailleurs la moyenne nationale.
Cette accrétion est parfois créée par l’homme en modifiant les courants.
Le plus emblématique en est le Mont saint Michel, mais aussi Ouistreham et Deauville.
C’est le cas aussi d’Hermanville dont le maire Jacques Lelandais regrette de ne pouvoir retirer  le sable qui s’accumule sur sa plage et au-delà.

Un aménagement côtier contraint

Maître de conference en droit public à l’université de Caen, Vincent Legrand a stigmatisé l’impact de la législation en vigueur sur l’urbanisation côtière.
« La Loi littoral votée en 1986 est toujours applicable  restant  prééminente sur tout PLU » rappelle t’il « la loi ELAN de 2018 est venue adapter quelque peu cette loi qui datait »
L’urbanisation  de ces zones côtières n’en reste pas moins problématique  se devant d’anticiper la montée des eaux tout en  respectant l’intérêt des propriétaires voire de la collectivité.
« Nous sommes confrontés en permanence à ce dilemme » a conclu Jacques Lelandais.
06/12/2019
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN